Magento Themes
Magento Themes
Magento Themes
Magento Themes

Bienvenue dans votre grand marché bio en ligne

JUS DETOX..TIREZ LE MEILLEUR DES FRUITS ET DES LÉGUMES !

Faîtes vos jus!

 


TIREZ LE MEILLEUR DES FRUITS ET DES LÉGUMES !


Tout le monde le sait manger des fruits et légumes, c’est bon pour la santé ! Mais encore faut-il préserver la manne de nutriments qu’ils contiennent et les assimiler. Alors tirez le meilleur de ces véritables cadeaux de la Nature en les consommant sous forme de jus frais, soupes onctueuses et délicieux smoothies verts, tous ultra detoxicants et revitalisants.

Les végétaux frais sont naturellement riches en vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes, oxygène et phytonutriments (notamment les pigments comme la chlorophylle ou les caroténoïdes). Certains contiennent également tout le spectre des acides aminés essentiels (jeunes pousses de blé et de tournesol, plantain…) et constituent d’excellentes sources de protéines. Tous ces nutriments sont cependant très sensibles à la chaleur et pour en bénéficier au maximum, il est préférable de les consommer crus. Mais sous cette forme, les fibres, dont les végétaux sont riches, n’ont pas été attendries par la cuisson et le corps va devoir être capable d’extraire les nutriments de la véritable prison cellulosique dans laquelle ils sont enfermés. Il est donc impératif de les mastiquer très soigneusement mais même en s’y appliquant, on estime que l’on ne peut assimiler qu’environ 70% des nutriments des légumes crus. Pour améliorer ce « rendement », il suffit de donner un coup de pouce au corps en retirant les fibres –on obtient des jus dont l’assimilation sera proche de 100%- ou en les rendant moins rudes grâce au mixage –on réalise alors des soupes crues ou des smoothies.

« Buvez – Assimilez ! » ou la magie des jus de légumes frais

Les jus de légumes constituent une véritable eau vivante, riche en éléments nutritifs hautement bio-disponibles Absorbés quasi-instantanément (15 à 30’), les jus entreprennent leurs tâches de nettoyage et de revitalisation beaucoup plus rapidement que les aliments entiers tout en économisant l’énergie utilisée normalement pour leur digestion. La quantité de nutriments apportée est également plus importante compte tenu du nombre de légumes utilisés pour obtenir un verre de jus.
Les jus de légumes frais cumulent les bienfaits :

Respectueux des intestins sensibles, ils permettent à chacun de bénéficier des vertus des crudités sans souffrir de leurs inconvénients. Certains (carottes, pomme de terre en petite quantité, ou choux) sont même bien connus pour leurs propriétés cicatrisantes des muqueuses ulcérées.

Super alcalinisants et reminéralisants, les jus de légumes sont parmi les meilleurs correcteurs des terrains acidifiés, si fréquents actuellement. La plupart des légumes figurent en effet en tête de liste des aliments alcalinisants ; mais même quand on en consomme beaucoup, l’acidose peut s’installer ou perdurer si le corps, par insuffisance de mastication ou faiblesse digestive, ne parvient pas à suffisamment les assimiler. Les jus de légumes permettent de contourner ce problème et de recharger très rapidement les réserves alcalines du corps. Attention toutefois, certains légumes (tomate, épinards, blettes, oseille, cresson…) sont acides et doivent être consommés avec modération, voire évités si vous êtes très acidifiés.

Détoxicants et revitalisants, les jus permettent de réaliser un profond drainage, particulièrement bienvenu au printemps, tout en apportant aux cellules une abondance d’éléments vitaux nécessaires à leur reconstitution permanente. Ils participent activement au retour à la vitalité mise à mal par une alimentation dénaturée.

Antioxydants, ils protègent le corps des pollutions et des multiples stress oxydatifs de la vie moderne.

Enfin, chaque jus possède bien sûr les propriétés spécifiques aux légumes utilisés pour le confectionner. Par exemple le jus de concombre est diurétique et draineur ; le jus de betterave est utile pour accroître les globules rouges ; le jus de radis active toutes les fonctions d’élimination, notamment hépato-biliaire ; le jus d’épinard est un puissant nettoyeur intestinal…

Il existe deux grands types d’appareil : les centrifugeuses et les extracteurs. Une centrifugeuse râpe les légumes et les presse, alors qu’un extracteur les mastique ou les triture. Il en résulte, au profit des extracteurs, une différence assez importante dans la quantité et la qualité de jus obtenu. L’investissement relativement important que représente l’achat d’un extracteur est donc rapidement compensé par la valeur des jus extraits. En effet, plus l’extraction est incomplète, plus les propriétés des jus sont amoindries, proportionnellement à la quantité d’éléments vitaux abandonnés dans la pulpe et les fibres. Il faudra alors en consommer plus pour avoir les mêmes effets sur la vitalité et la santé. En outre, les extracteurs sont en général dotés d’autres fonctions intéressantes permettant de réaliser des crudités très finement râpées, des pâtés végétaux, des pâtes, des purées d’oléagineux, des huiles fraîches…

Dans la grande famille des extracteurs, on distingue les appareils dotés d’un axe central dentelé qui « mastiquent » à grande vitesse les légumes et ceux dotés d’une ou deux vis sans fin qui « triturent » lentement les végétaux. Les premiers sont rapides et solides mais moins performants sur les légumes très fibreux ; ils ne sont pas efficaces pour les jus de jeunes pousses et d’herbe. Les deuxièmes sont plus lents mais extraient parfaitement les jus de jeunes pousses ou d’herbe et chauffent peu. Tous les extracteurs ont leurs avantages et leurs inconvénients. Leur choix dépendra de l’usage que vous voulez en faire (quel type de légumes ? pour combien de personnes ? de combien de temps disposez-vous ?) et… de votre budget ! Considérez aussi la facilité de nettoyage de l’appareil : un extracteur performant mais long ou difficile à nettoyer, risque de vous décourager bien vite.

En tout état de cause, tous les jus fraîchement extraits, quel que soit leur mode d’extraction, sont les seuls qui vous garantissent la présence des nutriments vitaux les plus fragiles et les plus subtils, notamment les enzymes et l’oxygène.

 

Quels légumes choisir ?

Les jus doivent toujours être extraits à partir de légumes de qualité :

- d’origine biologique : non seulement les légumes non biologiques risquent de contenir des résidus de produits chimiques, mais ils sont aussi plus pauvres en nutriments, leurs carences étant proportionnelles à celles du sol dans lequel ils ont poussé. Par ailleurs, si vous ne pouvez pas vous procurer de légumes biologiques, vous devrez les laver énergiquement et les éplucher, perdant ainsi encore une partie des éléments vitaux souvent concentrés dans ou juste sous la peau.

- toujours frais : même si, une fois sous forme de jus, l’apparence initiale du légume est invisible, il est évident que l’intérêt nutritif des jus réalisés à partir de légumes un peu « fatigués » est fortement compromis. Les jus de légumes sont un formidable moyen d’équilibrer les modes de vie moderne ; ils reviennent certes un peu chers lorsqu’ils sont réalisés avec des légumes de qualité mais l’investissement en vaut la peine.

- de saison : par exemple, plus de choux en hiver et plus de concombre en été. Consommer du jus de concombre en hiver, quelles que soient ses propriétés, ne pourra avoir qu’un impact négatif sur votre corps -qu’il refroidit, comme sur la planète -qu’il contribue à réchauffer.

Globalement, il est judicieux de choisir une base de jus parmi les variétés « douces » mais abondantes en sels minéraux (céleri branche, choux, fenouil, concombre) à laquelle viendront s’ajouter, en quantité plus réduite, des variétés plus sucrées (carottes, betteraves…), ou acides (épinards, blettes…) ou piquantes (radis, navet…). Il est également toujours intéressant d’intégrer des jeunes pousses (alfalfa, brocoli, tournesol, sarrasin, pois, fenouil…) qui vont considérablement augmenter la teneur en nutriments des jus. On estime en effet que 30ml de jus de jeunes pousses contiennent l’équivalent d’1kg de légumes environ ! Pensez aussi à glisser dans l’extracteur un morceau de gingembre ou de curcuma frais, quelques branches d’herbes aromatiques, voire une gousse d’ail pour les amateurs…, tous dotés de nombreuses propriétés, notamment anti-oxydantes, qui viennent enrichir et parfumer vos cocktails maison.

Jus de légumes ou jus de fruits ?

D’une manière générale, les fruits sont plus faciles à assimiler que les légumes et l’intérêt de les consommer en jus est moindre. Les jus de fruits, souvent moins minéralisés mais plus vitaminés que les jus de légumes, ont des propriétés détoxicantes et anti-oxydantes mais ils sont aussi très sucrés, compte tenu de la quantité de fruits utilisés et d’autant plus qu’ils sont privés des fibres. Ils sont donc déconseillés en cas de cancer, de maladie virale ou bactérienne, de mycose, de candidose ou de problème de glycémie. Ils conviennent également rarement aux terrains acidifiés. Si vous voulez consommer des jus de fruits, choisissez les variétés les plus aqueuses (pastèque par exemple) et coupez les d’eau pure (1/3 à 2/3) pour diluer la concentration en sucre, ou préférer consommer des smoothies.

Comment consommer les jus de légumes frais ?

Les éléments vitaux des légumes s’altèrent très rapidement une fois sous forme de jus car ils ne sont plus protégés par les fibres. Tous les jus frais doivent donc être consommés rapidement, si possible dans les trente minutes qui suivent leur préparation. On peut les réfrigérer pendant 24 h dans une bouteille hermétique et à l’abri de la lumière, mais leur potentiel vital, et donc leur efficacité, s’en trouveront fortement amoindris.

Les jus doivent également toujours être consommés sur un estomac vide, au moins 30 minutes avant de manger, sans quoi ils se mélangeront à la nourriture solide et ne seront plus parfaitement assimilés.

Enfin, il est important de prendre le temps de « mastiquer » les jus de légumes autant pour les digérer parfaitement que pour bénéficier pleinement de leur puissance vibratoire subtile.

Quelle quantité consommer ?

Dans le cadre de l’alimentation quotidienne, il est conseillé, pour obtenir des effets notables, de boire au moins deux verres par jour, c’est-à-dire environ 500 ml. Cette quantité peut être largement augmentée selon l’effet recherché et les jus choisis. Mais même si vous n’avez la possibilité de n’en prendre qu’un verre, comme apéritif le soir par exemple, les jus de légumes frais sont intéressants. Ils le sont aussi même, et surtout, si le reste de votre alimentation n’est pas « parfait », car ils permettent de rééquilibrer de manière très naturelle des modes de vie stressants et oxydatifs.

En monodiète, c’est-à-dire consommés à l’exclusion de tout autre aliment, les jus de légumes permettent de réaliser une cure proche du jeûne mais mieux adaptée aux organismes dévitalisés. Ce « jeûne aux jus de légumes » est utilisé depuis des décennies dans de nombreux instituts de santé dans le monde. Parce qu’il apporte une abondance d’éléments vitaux sans perturber le repos du système digestif et sans stopper le processus d’autolyse doux, il permet un nettoyage, un rééquilibrage acido-basique et une régénération très rapide du corps, sans fatigue et sans carence si les jus sont bien choisis puisque les réserves de l’organisme, notamment minérales et enzymatiques, se reconstituent en même temps que l’organisme se débarrasse de ses toxines. Si vous êtes en bonne santé, vous pouvez l’expérimenter sans danger un soir ou une journée par semaine ou par mois. Pour des cures plus longues, il est conseillé de consulter un thérapeute au préalable.

Les jus de légumes remplacent-ils les légumes entiers ?

Certains hygiénistes, adeptes d’une alimentation la plus proche possible de la nature, réprouvent les jus qui s’apparentent à une forme de raffinage, puisque l’on prive l’aliment de ses fibres, et conduisent à consommer des quantités anormalement concentrées de nutriments (essayez de manger la somme de légumes contenus dans un litre de jus !). Il est vrai que les fibres, bien que dépourvues de valeur nutritionnelle, sont indispensables à la santé du tube digestif et à un transit équilibré. Il est donc indispensable de manger aussi des légumes sous forme entière. Bonne nouvelle : il est également possible de parfaitement les digérer, même crus, en les consommant sous forme de soupes (salées) ou de smoothies (sucrés). Les fibres seront toujours présentes mais très finement broyées, les rendant douces aux intestins sensibles (sauf les plus irrités qui devront, dans un premier temps, se contenter des jus) et facilitant fortement l’assimilation des nutriments.

Les soupes crues et les smoothies verts

Ann Wigmore a popularisé les soupes crues avec sa célèbre Energy Soup capable de régénérer rapidement les organismes les plus épuisés grâce sa facilité d’assimilation. Au quotidien, on peut créer de multiples soupes énergétiques en mixant des légumes crus, des jeunes pousses, de l’avocat (ou alternativement très peu d’huile ou de purée d’oléagineux) pour les rendre onctueuses, et divers assaisonnements (sel, tamari, herbes, ail, épices…). Ajoutez de l’eau froide ou chaude (pas bouillante !) et voilà une délicieuse façon de démarrer un repas. Très nourrissantes, les soupes crues peuvent aussi constituer le cœur d’un dîner léger si on y a joute des graines germées et des paillettes d’algues par exemple.

Quant aux smoothies, mélanges de fruits mixés très populaires actuellement, ils ont connu une petite révolution sous l’impulsion de Victoria Boutenko. Convaincue de la nécessité de consommer une large part de légumes à feuilles vertes, particulièrement riches en minéraux, vitamines et acides aminés, elle se heurtait à la difficulté d’en consommer une grande quantité, crus de surcroît. De là sont nés les smoothies verts, délicieux mélange de fruits et de légumes à feuilles vertes mixés. Un mélange surprenant mais très digeste qu’on peut encore enrichir en y ajoutant de la spiruline en poudre. Les enfants, comme les grands, les adorent et il devient facile de leur faire consommer des légumes. Les smoothies, qui contiennent des fruits, se consomment en dehors des repas, au moins ½ h avant ou 2 h après. Ils peuvent également servir de petit déjeuner vitalisant, idéal au retour des beaux jours.

Recette jus : détox de printemps
-1/2 concombre
-1 branche de céleri
-1/2 fenouil ou une poignée de jeunes pousses de fenouil
-1 poignée de pissenlit
-1 morceau de gingembre frais
-1 ou 2 branches de menthe fraîche

Recette jus : spécial anti-oxydant
-1/2 concombre
-1 courgette
-1 carotte
-1 poivron rouge
-1 poignée de jeunes pousses de brocoli
-1 morceau de curcuma frais
-1 branche de thym citron

La célèbre formule verte de l’Institut Hippocrate
-Concombre : 25 %
-Céleri : 25 %-Pousses de tournesol : 40 %
-Pousses de petits pois ou de sarrasin : 10 %

Smoothie vert
-1 pomme ou 1 banane
-1/2 mangue
-1 romaine ou 150g d’épinards
-1 càc à 1 càs de spiruline
-400ml d’eau

Soupe crue
-2 carottes
-50g d’épinard
-1 branche de céleri
-50g de jeunes pousses de tournesol
-1/2 avocat
-2 branches de persil
-1 branche de basilic
-1 petite gousse d’ail
-1 pincée de sel ou 1 càc de tamari
-500ml d’eau

TRUCS & ASTUCES

 

1- Préparer ses légumes la veille
Pendant que vous épluchez les carottes pour le dîner du soir, pensez déjà à votre jus : coupez deux carottes de plus que vous utiliserez le lendemain ! Les bâtonnets de concombre de l’apéro ? Idem, on en profite pour couper l’autre moitié du concombre puisqu’on a tout sous la main. Quant à la pomme un peu tâchée dans le compotier, on enlève le morceau et on coupe ce qui reste, à glisser dans le jus du lendemain…

 

2- Utiliser les restes
Vous préparez votre salade ? Hop, les feuilles un peu défraîchies, dans le jus ! Vous avez fait trop de crudités râpées (chou-rave, choux, carotte, céleri…) ? Du moment qu’elles ne sont pas assaisonnées, c’est bon. Une poignée de graines germées, les extrémités un soupçon molle d’un concombre… allez, zou ! Attention : je n’ai pas dit « trucs pourris pas consommables », mais plutôt « légumes défraîchis ». Typiquement, l’enveloppe extérieure des fenouils, qui d’habitude finissait en soupe, est bien sûre parfaite en jus. Et les queues de vos fines herbes dont vous avez utilisé les feuilles, quelle merveille !

 

 

3- Y aller progressivement
Quand vous préparez votre premier jus de légumes, ne commencez pas par un romaine-kale-céleri qui risque de décoiffer vos papilles novices. Privilégiez la douceur (carotte, betterave, fenouil, épinards) et faites des mélanges de 3 légumes, pas plus. Le concombre, qui rend beaucoup d’eau et reste très doux voire presque neutre, est votre allié !

 

4- Utiliser le moins de fruits possibles
Si au début j’avais tendance à mettre moitié fruits-moitié légumes, je me suis vite rendue compte que cela m’affamait deux heures après… Merci l’insuline.
Le jus ne comportant aucune fibre, rien ne freine en effet le sucre dans l’organisme : mieux vaut donc préparer le jus le moins sucré possible -et la satiété sera bien plus au rendez-vous ! Limitez-vous à quelques lamelles de fruits (pomme, poire…) pour adoucir votre jus s’il vous semble de saveur un peu ingrate. Selon les jours, et l’état du compotier, j’en mets un peu ou pas du tout – maximum 70 g pour 500 g de prêt-à-extraire. Et bien sûr bye bye banane ou mangue qui ne rendent rien de très intéressant dans un extracteur (laissez-leur les green smoothies, c’est leur domaine !).

 

5- Le citron est votre ami…
Jus de citron jaune ou vert, ajouté à la fin dans le jus, il donne un extra de vitamine C, estompe les saveurs un peu terreuses, et permet au jus de bien se conserver toute la journée si d’aventure vous en préparez une grande quantité ou vous vous faites une journée de jus.

 

6- … le gingembre aussi !
Un bon exhausteur de goût, qui booste en énergie et donne plein de peps. Pas mal aussi : le céleri, qui donne une saveur un peu salée.

 

 

7- Rincez, remontez
Enfin, une fois le jus fait, démontez et rincez rapidement votre extracteur : la pulpe n’aura en aucun cas le temps de sécher et il sera prêt à être remonté en un clin d’oeil. C’est plus simple de le faire le soir que passablement pas réveillé le lendemain matin…

 

8- Acceptez de vous tromper
Dans l’enthousiasme, vous aurez parfois la main lourde sur tel ou tel végétal, rendant votre jus un peu…, parfois les utiliser en cuisine façon bouillon en les faisant cuire… mais parfois, c’est foutu !